FAIRE UN DON DEVENIR MEMBRE

J’ai essayé de vivre des entreprises dirigées par des femmes. Il s’avère que les hommes dirigent toujours tout.

(Article de Alana Semuels paru dans TIME magazine, traduit de l’anglais avec l’aide de DeepL.com et édité par Joëlle Dey-Boada. Photo de Leah Ferrazzani par Michelle Groskopf pour TIME)

 

Il n’y a pas beaucoup d’entreprises de pâtes alimentaires dirigées par des femmes. Je l’ai découvert alors que je me trouvais dans l’allée de mon épicerie, au troisième jour d’une semaine d’efforts pour n’acheter que des produits provenant d’entreprises détenues ou dirigées par des femmes, et que je cherchais frénétiquement sur Google le mot « CEO » à côté de « Barilla », « De Cecco », puis, désespérément, « Banza ».

Il n’y a pas non plus beaucoup d’entreprises dirigées par des femmes qui fabriquent des haricots en conserve, de la sauce tomate, du lait (oh, l’ironie), du bœuf – ou une longue liste d’autres produits d’épicerie. Ni de détergent à lessive, d’ailleurs. C’est quelque chose que je savais, en principe, mais qui est devenu très clair la semaine où j’ai fait le vœu de ne dépenser mon argent que dans des entreprises dirigées par des femmes. Je n’arrêtais pas de penser que j’avais trouvé quelque chose que je pouvais acheter, comme la laitue Organic Girl, qui crie « femme » sur son étiquette violette et sa police de caractères frisée, pour découvrir le visage d’un PDG ou d’un propriétaire masculin qui me sourit sur le site Web de l’entreprise. (Dans le cas d’Organic Girl, l’un des investisseurs les plus importants de la société, Steve Taylor, fait également partie du conseil d’administration de Capitol Ministries, qui a dirigé une étude biblique à la Maison Blanche sous l’administration Trump, interdisant aux femmes d’enseigner la Bible à des hommes adultes).

Il y a un nombre record de femmes PDG du Fortune 500 cette année, et pourtant les femmes ne représentent que 8,2 % de la liste. Les femmes dirigent des départements de marketing et des RH, et oui, elles sont parfois même PDG, mais les femmes ne dirigent pas les multinationales qui fabriquent les choses que j’achète quotidiennement.

Démarrage en douceur

Les règles de mon expérience étaient simples. Je ne pouvais dépenser de l’argent que dans des entreprises dirigées par des femmes. Si une entreprise était publique, elle devait avoir une femme comme PDG. Si elle était privée, elle devait être détenue, exploitée, contrôlée et gérée à 51 % au moins par une ou plusieurs femmes.

Les premiers jours de mon expérience avaient été faciles. J’ai pris un sandwich au thon et des frites dans un restaurant appartenant à une femme près de mon appartement de San Francisco, j’ai acheté un rhinocéros sur roues en bois naturel dans un magasin de jouets appartenant à une femme et j’ai emporté des biscuits d’une boulangerie très populaire appartenant à une femme.

Mais ensuite, j’ai commencé à avoir besoin de choses. Mon legging de sport avait soudainement un trou géant à l’entrejambe. Mon agenda en papier a pris fin en juin, sans aucun avertissement. J’ai eu recours à mes habitudes d’achat habituelles – courir jusqu’à Safeway (propriété de Vivek Sankaran, PDG d’Albertsons), commander de nouveaux leggings sur Amazon (Jeff Bezos n’est plus PDG mais a été remplacé par Andy Jassy) – mais c’était hors de question.

Même les magasins dont j’étais raisonnablement sûre qu’ils étaient détenus par des femmes ne l’étaient en fait pas. L’épicerie de San Francisco Mollie Stone’s Markets a un PDG nommé Mike. Le salon de manucure du coin de la rue, dont le personnel est exclusivement féminin, appartient à un homme. J’ai commencé à appeler les petits magasins de fruits et légumes de mon quartier, persuadée que le marché russe où la même femme âgée est toujours à la caisse, indiquant aux employés où décharger les poires et les pommes de terre, appartenait à une femme. Mais j’avais tort.

A défaut d’une présidente

J’ai eu l’idée de ne fréquenter que des entreprises appartenant à des femmes en mars 2020, à peu près au moment où Elizabeth Warren s’est retirée de la course à la présidence et où il est devenu évident qu’un homme allait à nouveau être président des États-Unis. Comme beaucoup d’autres femmes, je me suis sentie vaincue. Nous étions en 2020 ! Aux États-Unis, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à obtenir un diplôme universitaire ! Elles réalisent 70 à 80 % des achats des consommateurs ! Et pourtant, ce sont les hommes qui dirigent le gouvernement, les plus grands détaillants américains et les entreprises technologiques qui alimentent nos vies.

Un vendredi soir, assise dans un restaurant appartenant à un homme – je le savais car il met son nom sur tous ses restaurants – j’ai commencé à me demander pourquoi je donnais mon argent à tant d’entreprises appartenant à des hommes. Si je voulais vraiment voir plus de femmes aux commandes, n’avais-je pas un rôle à jouer pour que cela se produise ? J’ai décidé de me lancer dans une expérience et de n’acheter que des produits provenant d’entreprises détenues ou dirigées par des femmes.

Puis la pandémie est survenue et il m’a semblé impossible d’essayer d’acheter du papier toilette appartenant à des femmes alors qu’il était déjà difficile de se procurer du papier toilette. Lorsque j’ai repris l’expérience en juin dernier, le monde était différent, mais il était aussi le même. Le président était toujours un homme. Les hommes dirigeaient toujours les plus grandes entreprises américaines. J’avais même ajouté un autre homme au monde, ayant donné naissance à un petit garçon pendant la pandémie. (Lui aussi, il dirige tout.)

Même si vous êtes déterminé à n’acheter que des produits appartenant à des femmes, il n’est pas facile de trouver les entreprises qui remplissent les conditions requises. Walmart a lancé une nouvelle page sur walmart.com/womenowned à l’occasion du mois de l’histoire des femmes en 2015, mais l’URL ne fonctionne plus. Entre 2012 et 2019, l’entreprise a dépensé 30 milliards de dollars auprès d’entreprises dirigées par des femmes dans le cadre d’un effort de diversification de ses fournisseurs, soit environ 2 % de ce qu’elle a dépensé globalement pendant cette période.

Entre apparences et réalité

Alors que je cherchais des listes de marques que je pourrais fréquenter, je me retrouvais sans cesse sur les sites web de magazines féminins comme Self and Shape, où je lisais des articles sur des entreprises appartenant à des femmes qui vendaient des oreillers à 125 dollars ou des colliers à 95 dollars, tout en recevant des publicités sur des cassoulets que je pourrais faire en faisant mes courses. En 2021, « entreprise appartenant à des femmes » signifie, en gros, des entreprises de bien-être et de mode qui vendent aux femmes des produits dont elles n’ont pas vraiment besoin.

J’ai essayé de parcourir les allées des magasins et de chercher des produits portant des noms de femmes, mais cela s’est avéré être un faux-semblant, puisque la plupart d’entre eux sont dirigés par des hommes. Cela inclut Annie’s Homegrown, Briannas Salad Dressing, Mary’s Gone Crackers, Libby’s Pumpkin, Mom’s Spaghetti Sauce, et des marques comme Sara Lee, Betty Crocker, Jennie-O et Marie Callender. Incrédule, j’ai continué à allonger la liste en parcourant les allées de Safeway, à la recherche d’un produit que je pourrais acheter. Après une heure, je suis repartie avec un seul produit : le yaourt Noosa. La cofondatrice de cette entreprise est une femme, mais j’ai appris par la suite qu’elle avait été rachetée par une entreprise dirigée par un homme et soutenue par une société de capital-investissement.

Je me suis précipitée chez moi pour tirer du lait pour mon fils et je me suis étonnée de la rareté des entreprises laitières dirigées par des femmes, alors que nous sommes celles qui savent ce que c’est que de produire du lait. Je pensais avoir trouvé une multinationale laitière dirigée par des femmes avec Danone, qui possède Oikos, Activia, Dannon et Silk, depuis que les actionnaires ont évincé son PDG masculin en mars pour s’être trop préoccupé de durabilité. Il a été remplacé par une PDG intérimaire qui est une femme, Véronique Penchienati-Bosetta, mais il s’avère que c’est une PDG co-intérimaire qui partage ce titre avec un homme. D’ailleurs, Danone a annoncé récemment qu’un autre homme allait devenir le PDG permanent.

Je savais vaguement que Jessica Alba dirigeait une société fabriquant des produits de beauté et pour bébés biologiques, mais il s’avère que cette société est désormais cotée en bourse et que son PDG est un homme. Les hommes dirigent les entreprises qui fabriquent les préparations pour nourrissons, les biberons et les vêtements pour bébés les plus populaires. Même Lansinoh, qui domine le marché des crèmes pour mamelons, des sachets pour apaiser les seins et des sacs de conservation du lait maternel, et qui fabrique le soutien-gorge d’allaitement mains libres qui me démange énormément et que j’utilise tous les jours, est dirigée par un homme, Kevin Vyse Peacock.

Qu’est-il arrivé déclin des hommes ?

Les hommes sont prétendument en déclin. Les garçons sont moins nombreux à obtenir leur diplôme d’études secondaires que les filles. Les emplois autrefois dominés par les hommes, comme la fabrication et l’exploitation minière, disparaissent. Leur espérance de vie diminue, et ils meurent de suicides et d’overdoses à un rythme plus élevé que les femmes. Comment était-il possible que la fin des hommes approche, mais que les hommes dirigent tout en même temps ?

Eh bien, pas tout. J’ai trouvé des marques gérées par des femmes lorsque j’ai fait mes courses dans des magasins comme Gus’s qui proposaient des produits biologiques fabriqués localement. J’ai acheté des céréales biologiques Nature’s Path, du granola biologique Purely Elizabeth et de la sauce mijotée Maya Kaimal tikka masala. J’ai pris de la marinara à l’effigie de la célèbre chef Lidia Matticchio Bastianich, et j’ai levé le poing en signe de victoire lorsque j’ai repéré sur un étalage une boîte de pâtes artisanales Semolina, sur laquelle figure l’image de sa fondatrice et PDG, Leah Ferrazzani. Mais ce ne sont pas des produits que vous trouverez dans la plupart des épiceries.

Ce n’est pas un hasard si la plupart des entreprises alimentaires dirigées par des femmes sont locales plutôt que nationales, m’a dit Ferrazzani, lorsque je lui ai parlé quelques jours plus tard. Lorsqu’elle a lancé son entreprise en 2014 – avec deux enfants de moins de 2 ans – les premiers magasins à proposer son produit étaient détenus par des femmes. Bientôt, elle était présente dans 300 magasins.

Mais à mesure que son entreprise s’est développée, Ferrazzani a constaté que le projet de rendre une petite entreprise nationale entrait en conflit avec le fait d’être un parent. Elle payait pour un entrepôt, une cuisine et un courtier qui la faisait entrer dans les supermarchés, mais ne parvenait toujours pas à fabriquer des pâtes assez rapidement. Pour grandir et devenir nationale, elle avait besoin de centaines de milliers de dollars de financement. Elle devait également parcourir le pays pour rencontrer des investisseurs et des acheteurs.

« Je ne pouvais pas concilier cela avec le fait d’avoir deux enfants petits », m’a-t-elle dit. Elle était sur le point d’abandonner et de fermer son entreprise lorsqu’une amie propriétaire d’un restaurant lui a donné un conseil : rester petite. « Elle m’a demandé si c’était la seule solution, s’il fallait vraiment être aussi grand », dit Ferrazzani. « Tu n’as pas besoin de renoncer à ta relation avec ta famille et à tes objectifs. C’est une sensibilité commerciale tellement masculine ».

Limiter ses ambitions

Ferrazzani a donc décidé de réduire ses effectifs. Elle s’est retirée de son grand distributeur, de Gelson’s et de Whole Foods, et a réduit des deux tiers le nombre de ses magasins. Elle s’est concentrée sur Los Angeles, où elle vivait, et sur la Californie. Lorsque Whole Foods l’a approchée en 2019 et lui a proposé de mettre ses pâtes dans les magasins du pays, elle a refusé. Elle ne voulait pas avoir à céder son entreprise aux investisseurs dont elle aurait besoin pour se développer. « Ma philosophie est devenue que j’essayais de construire une entreprise suffisamment grande, m’a-t-elle dit. Assez grande pour être équilibrée, pour se maintenir, pour que je puisse avoir le contrôle et prendre ces décisions. »

La décision de Ferrazzani de limiter ses ambitions a résonné en moi alors que j’essayais de faire des achats dans des magasins appartenant à des femmes, de faire mon travail et de préparer du lait pour mon enfant de huit mois. La grossesse m’a épuisée, et j’ai à peine réussi à passer les premiers mois d’insomnie d’un nouveau-né. Je ne pouvais pas m’imaginer devenir PDG, ni même diriger une petite entreprise. Chaque fois que j’ai dû organiser un voyage pour le travail après la naissance de mon fils, mon cerveau a fondu devant la logistique à mettre en place pour voyager avec du lait maternel, et j’ai ressenti une culpabilité grandissante à l’idée de laisser mon mari seul pour s’occuper du coucher et du bain, des réveils et faire son travail en même temps.

Il existe un monde où cette culpabilité et cette responsabilité à l’égard du bébé incombent de manière égale aux hommes et aux femmes, mais c’est un monde où aucune des deux personnes n’a à subir les épreuves de la grossesse ou de l’accouchement. En rapportant cette histoire, je n’ai cessé de penser à un reportage que j’avais vu sur des scientifiques qui élevaient des agneaux dans un utérus artificiel qu’ils appelaient un biobag. Si la reproduction humaine fonctionnait de cette manière, la responsabilité de porter et de s’occuper des enfants pourrait incomber plus équitablement aux deux sexes. J’en suis venue à me demander si l’égalité des sexes dans le monde des affaires n’arrivera que lorsque nous pourrons élever des bébés humains dans des sacs.

Les hommes dominent la finance et la technologie

Bien sûr, il y a un élément de choix dans tout cela. Certains hommes choisissent de passer plus de temps au travail et moins de temps à la maison, de faire une école de commerce ou de ne pas avoir de famille du tout. Dans tous les pays de l’OCDE, les hommes sont plus nombreux que les femmes à déclarer travailler plus de 40 heures par semaine.

« Je ne m’intéresse pas à la finance et je ne veux pas y consacrer ma carrière », m’a dit Heidi Orrock (Diestel) lorsque je l’ai appelée pour lui parler de l’entreprise familiale de fabrication de dinde qu’elle « dirige » selon le site web de Diestel. Il s’avère qu’Orrock, qui est née dans cette entreprise familiale de quatrième génération, n’est pas techniquement à la tête du Diestel Ranch. C’est son mari, Jared, qui a un MBA, qui en est le président. Elle s’occupe du marketing, des ventes et du service clientèle.

Les hommes dominent également le secteur de la technologie, ce qui a créé une dynamique inquiétante dans laquelle les entreprises technologiques dirigées par des hommes, comme Amazon, prennent une part des petites entreprises appartenant à des femmes qui ont besoin d’elles pour survivre. J’ai l’habitude de commander des repas à Uber Eats ou DoorDash le week-end pour ne pas avoir à cuisiner, mais je ne pouvais pas me résoudre à le faire pendant la semaine de boycott des hommes que je me suis imposée, car une application de livraison prélèverait des frais sur le restaurant appartenant à des femmes que j’ai choisi de soutenir. Lorsque j’ai eu besoin d’une nouvelle pièce pour mon tire-lait, je l’ai commandée directement à l’entreprise, qui est dirigée par une femme, mais cela m’a coûté deux fois plus cher que de commander sur Amazon, et j’ai dû payer les frais d’expédition.

Pour acheter un maillot de bain à mon fils, j’ai fait mes courses dans une friperie locale appartenant à une femme, plutôt que chez thredUP, la plateforme technologique/entreprise de vêtements d’occasion en ligne gérée par des hommes, qui a fait son entrée en bourse en mars. Au lieu d’utiliser Amazon pour acheter un autre agenda quotidien pastel parsemé de fleurs de Blue Sky, une entreprise dirigée par deux hommes, j’ai dépensé deux fois plus pour en acheter un directement auprès de Bloom Daily Planners, une entreprise fondée et dirigée par des femmes. Il était accompagné d’une feuille gratuite d’autocollants portant des slogans tels que « You Glow Girl » et « Girlboss » et d’un encart indiquant « Yay ! You Invested in You ! » au-dessus d’une photo de deux filles riant sous une pluie de confettis. J’étais sceptique, mais la qualité était supérieure à celle de la marque que j’achetais depuis des années.

Pourtant, le fait de rapporter cette histoire ne m’a pas rendue très optimiste quant à l’état de l’égalité des sexes dans le monde des affaires. Même si des études montrent que le cours des actions des entreprises dirigées par des femmes dépasse de 20 % celui des entreprises dirigées par des hommes, et que les entreprises avec des femmes dans les conseils d’administration sont plus susceptibles de créer un avenir durable que celles qui n’en ont pas, il semblait que les femmes ne pouvaient pas aller plus loin. Cela fait des dizaines d’années que les femmes sont autorisées à obtenir une carte de crédit ou un prêt sans la signature de leur mari. Pourtant, je n’ai cessé de rencontrer des entreprises dirigées par des femmes qui ont été rachetées par une société plus importante détenue par un homme, ou qui ont fait faillite à cause d’un concurrent masculin bien capitalisé, ou encore qui ont vu leurs prix baisser. Ou les trois.

Faire une différence

Je me suis rendue chez Avedano’s, une boucherie de San Francisco qui vend de la viande cultivée localement et qui a été fondée par trois femmes en 2007. J’ai parlé à Angela Wilson, la propriétaire actuelle de la boutique, qui était en train de découper des cuisses de poulet dans une salopette en jean, un T-shirt noir et une casquette de baseball à l’envers. Elle essaie de gérer une entreprise équitable, dit-elle, en payant ses employés 25 dollars de l’heure pour qu’ils puissent se permettre de vivre à San Francisco, et en s’approvisionnant auprès de petits agriculteurs qu’elle connaît personnellement.

« J’aime ce que je fais. Et j’ai l’impression de faire la différence, et ça me fait du bien », dit-elle. « Beaucoup d’hommes ne se soucient pas de cela. Ils veulent de l’argent ou du pouvoir. » J’ai quitté Avedano’s avec de la viande pour la semaine : un bifteck, des blancs de poulet et des cuisses de poulet, que Wilson a désossés pour moi. La qualité était incroyable. Cela m’a également coûté 103 dollars.

Alors que je me dépêchais de rentrer chez moi pour pomper, je commençais à avoir une idée de ce à quoi ressemblerait le monde si je continuais à boycotter les entreprises dirigées par des hommes. Je pourrais acheter des produits biologiques, fabriqués localement et de très haute qualité, provenant d’entreprises qui se soucient de la durabilité et qui traitent bien leurs travailleurs. Mais de façon réaliste, je ne pouvais pas me permettre de le faire chaque semaine. Je ne pouvais pas non plus être une bonne mère et une bonne employée si je passais tout mon temps à essayer de savoir quelles marques étaient détenues par des femmes.

C’est un soulagement d’avoir à nouveau la possibilité de courir jusqu’au magasin appartenant à un homme au bout du pâté de maisons et d’acheter du fromage bon marché provenant d’une entreprise anonyme qui appartient probablement à un fonds spéculatif appartenant à un homme. Vous savez ce qu’on dit. Les femmes ne peuvent pas tout avoir.

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2021 Association suisse des Mampreneures. Made by Unyque.ch et Siiimple  avec | Vidéo © Free Stock Video

 

Nous contacter

Sending

Connectez vous à l'aide de vos identifiants de Mampreneur

Forgot your details?